Questions de la semaine du 30 juillet

  • Pourquoi les moustiques mâles ne piquent pas alors que les femelles piquent?

Meryam 11 ans  

 

Chère Meryam,

Tu as raison, seules les femelles nous piquent. Ceci s’explique par des besoins nutritionnels différents entre les mâles et les femelles. Les femelles, pour pondre des œufs, ont besoin de protéines qu’elles trouvent dans notre sang. Les mâles, au contraire, n’en ont pas besoin et se contentent du nectar des fleurs. 

 

 Tina Cornioley, Dr.

Université de Fribourg

 


  • Pourquoi le bourdon terrestre s’appelle comme ça?

Valentine

 

Chère Valentine,

Les reines bourdon terrestre creusent le nid dans le sol et non pas en hauteur comme certaines espèces de guêpes ou de ferlons. C’est probablement l’origine du nom de cette espèce.  

 

 Tina Cornioley, Dr.

Université de Fribourg

 


  • Pourquoi certaines espèces invasives en Suisse ne le sont-elles pas dans le pays d’où elles viennent?

Robin

  

Cher Robin,

Une espèce ne peut pas être invasive dans sa région d’origine parce que par définition, une espèce invasive est une espèce exotique qui pose problème. Une espèce indigène qui pose problème dans sa région d’origine sera plutôt qualifiée de ravageur ou de peste.

Il est vrai que certaines espèces posent problèmes dans des régions d’où elles ne sont pas originaires mais ne posent aucun problème là d’où elles viennent. Pourquoi? Parce que ce qui détermine si une espèce devient invasive ou non dans une nouvelle région ne dépend pas uniquement de ses caractéristiques mais aussi des conditions dans lesquelles elle a été introduite et des caractéristiques du milieu dans lequel elle est introduite. Par exemple, imagine une espèce qui a des prédateurs naturels dans sa région d’origine et n’en a pas dans la région où elle a été introduite. Dans sa région d’origine, sa population est contrôlée par la prédation, alors que dans la nouvelle région, ce n’est pas le cas. Elle peut donc devenir invasive dans la nouvelle région sans poser de problème dans sa région d’origine.

 

 

Tina Cornioley, Dr.

Université de Fribourg