Questions de la semaine du 1er octobre

  • Comment vit une coccinelle?
  • Pourquoi elle a des points sur le dos?

Kayla et Léa

Chères Kayla & Léa,

Les coccinelles vivent un peu partout comme par exemple dans les jardins ou les forêts. Elles se nourrissent de pucerons. Elles pondent des œufs dont sortirons des larves. Après quelques jours, les larves vont devenir des adultes. Les coccinelles ont des points noirs qui apparaissent lors de leur transformation en adulte. Ces points leur permettent de signaler aux prédateurs qu’elles sont toxiques. En voyant les points noirs sur fond rouge, les prédateurs reconnaissent le signal d’alerte et souvent laissent la coccinelle tranquille. 

 

 Tina Cornioley, Dr.

Université de Fribourg

 


  • Pouvez-vous me donner 3 exemples d’espèces exotiques ou s’étant déplacées qui ont fini par augmenter la biodiversité ou rendre des services écosystémiques inédits sur le temps court ou long? Au-delà de nos petites vies humaines et de nos préférences politiques pour le «local»? Merci!

Gérald

 

Cher Gérald,

Il est vrai que certaines espèces exotiques peuvent apporter des fonctions appréciées par les hommes ou d’autres espèces locales. C’est le cas du tamarix, un petit arbuste exotique aux Etats-Unis qui sert d’abri au moucherolle des saules, un oiseau indigène menacé. En Suisse on peut citer l’acacia, une espèce venue d’Amérique du Nord qui est très apprécié pour ses fleurs par les abeilles, ou encore les truites arc-en-ciel qui font le bonheur des pêcheurs.

Pourtant, il y a souvent un revers de la médaille. Pour revenir sur l’exemple du tamarix et de la truite, l’arbuste entraine une diminution du niveau de l’eau des nappes phréatiques et le poisson, s’il arrivait à maintenir un population stable dans la nature comme il le fait dans d’autres régions où il s’est établi, menacerait les espèces de poissons indigènes.

 

 Tina Cornioley, Dr.

Université de Fribourg

 


  • Est-ce que les poissons dorment?

 Ayline

 

Chère Ayline,

Les poissons aussi ont besoin de se reposer, en effet, mais ils le font d’une autre manière que nous. Ils ne ferment pas les yeux (ils n’ont pas de paupière!) et ils ne rêvent pas. Ils arrêtent ou presque de nager, se retirent dans une grotte ou sous des pierres ou encore sur le fond et se mettent dans un état voisin du sommeil. Certains font ça le jour, d’autres la nuit, selon qu’ils soient nocturnes ou diurnes. Pour mieux se protéger des prédateurs pendant leur siestes, ils se reposent parfois cachés dans le sable ou dans des crevasses, et certains poissons peuvent même changer de couleur pour se camoufler ou secréter un mucus qui les protègent.

 

 

Silvia Rossinelli

Université de Fribourg